Blocus du CHD Daumezon : contre la GTT pour les 35 heures !

CHD Georges Daumezon Psychiatrie publique Fleury les Aubrais

L’établissement a une vocation départementale, outre le site intra muros, une cinquantaine de structures ont pignon sur rue dans les villes du Loiret : centre de consultation, hôpitaux de jour, appartements thérapeutiques, centre d’insertion, urgences… Les effectifs des hospitaliers sont d’environ 1 000 salariés tout corps de métiers confondus.

Depuis plus d’un an, la direction de l’établissement tente de revoir l’organisation des soins et remet en question les bases de l’accord 35h des hospitaliers.

La psychiatrie de secteur géographique est menacée, la direction fait le forcing pour regrouper les secteurs en pôles et déjà on prévoit de fermer des structures de proximité pour les regrouper. Cela a pour conséquence de contraindre les patients vers une prise en charge éloignée de leur domicile : on réduit ainsi l’offre de soins.

Tout cela est accompagné par le projet GTT de la direction (gestion du temps de travail) qui balaie l’accord local 35h des hospitaliers. Celui-ci génère des repos de cycle conformément au statut de la Fonction Publique Hospitalière et prend en compte la pénibilité de la psychiatrie. Le projet GTT de la direction vise à supprimer ces repos de cycle statutaires en réduisant l’amplitude de la journée de travail donc en réduisant aussi l’offre de soins. Sous prétexte d’harmonisation des horaires des agents et de redonner du temps aux patients, la direction tente d’imposer son projet bancal et autoritaire aux hospitaliers.

Mais si la direction reste inflexible et méprisante malgré la forte mobilisation des agents, l’opposition des membres du Conseil de surveillance, le soutien des élus, du public, de nombreux patients et familles de patients et le soutien des plusieurs praticiens hospitaliers de l’établissement, les hospitaliers restent eux-aussi très déterminés.

C’est pourquoi ils ont décidés en Assemblée Générale après plusieurs actions réussies de durcir le mouvement.Un préavis de grève reconductible a été déposé et un blocus filtrant l’entrée de l’établissement est organisé depuis ce jour (28 nov) par les agents grévistes.

Les hospitaliers du CHD, compte tenu de l’attitude de la direction qui ne laisse aucune place à la négociation exigent maintenant une capitulation sans condition.